La politique « Made in China 2025 » et les opportunités d’investissement qu’elle présente

Made in China 2025

Au 4e trimestre 2018, lorsque les démonstrations de force ont commencé dans le cadre des négociations de l’accord commercial sino-américain, un certain nombre d’investisseurs ont pensé que les répercussions sur la Chine seraient négatives. En termes de sentiment, ils ont eu raison… pendant un court laps de temps. Le consommateur chinois n’a pas semblé très affecté par la guerre commerciale, comme l’a montré le dynamisme des ventes des biens de consommation américains qui ont écoulé leurs produits dans le pays (Kimberley Clark, Nike, Apple, Skechers, Estee Lauder).

Le fait est que la Chine ne constitue plus uniquement le centre manufacturier à bas coût, comme cela était le cas il y a plusieurs années. Bien que les produits chinois soient de plus en plus compétitifs sur les marchés mondiaux des exportations, le principal moteur de la croissance future réside dans l’économie intérieure. Lancée par Xi Jinping en 2015, la politique « Made in China 2025 » est clairement conçue pour soutenir le développement de champions nationaux et créer des industries autosuffisantes qui joueront un rôle dans la consommation. Elle a mis en avant dix secteurs principaux où la Chine veut devenir un acteur concurrentiel mondial, notamment la robotique, les puces à semi-conducteurs et la technologie automobile. Bien que ces industries ne soient pas en contact direct avec les consommateurs, leur développement devrait avoir une incidence notable sur les tendances de consommation en Chine.

Malgré les accusations d’« ingénierie inversée » qui les ont visées dans les domaines du développement industriel, les entreprises chinoises ont également investi massivement dans la recherche et le développement et ont connu un succès important dans les secteurs des équipements informatiques et des logiciels, de l’électronique grand public et des batteries pour véhicules électriques, pour n’en citer que quelques-uns. Huawei, en dépit des débats politiques dont fait l’objet l’adoption de ses équipements en Europe ou de la menace qu’elle représente aux États-Unis, fabrique des produits compétitifs et s’est emparé de parts de marché dans de nombreuses régions du monde.

Nous avons souligné précédemment le succès d’Alibaba et de Tencent, qui se sont développés en Asie et qui ont investi massivement dans de nouvelles opportunités sur ces marchés. Le succès de Haier est sans doute moins connu, mais Euromonitor a récemment classé dans son analyse des comportements de consommation la société, dont la gamme de produits s’étend des réfrigérateurs aux machines à laver et à présent aux caves à vin réfrigérées, comme la plus grande marque mondiale d’électroménager en termes de volumes de ventes au cours de chacune des 10 dernières années.

Les objections internationales adressées à l’encontre de l’ambition de la Chine sont variées, mais la ligne directrice est similaire à celle adoptée par d’autres pays asiatiques au cours des dernières décennies, ayant cherché à développer leur proposition de valeur et à progresser au-delà des industries à faible intensité technologique. L’ambition de développer une industrie qui élève les compétences professionnelles et crée de la propriété intellectuelle est visible dans l’industrie automobile, et la croissance future devrait apporter à l’économie davantage que de nouvelles voitures rutilantes sur les vastes réseaux autoroutiers. La Chine, qui est à présent le plus grand marché automobile au monde avec plus de 21 millions de voitures immatriculées en 2019, devant les États-Unis avec près de 17 millions, ambitionne d’accéder à des positions de leader dans le secteur des véhicules électriques (VE), mais également de développer une expertise technologique en matière de batteries qui puisse être vendue à d’autres fabricants.

Elon Musk a beau accaparer les gros titres avec Tesla, l’Agence Internationale de l’Energie a déclaré que les 2,3 millions de voitures électriques en Chine représentent 45% du parc mondial en 2018 et prévoit que le parc mondial sera de 70 millions d’ici 2025 et restera dominé par la Chine. Contemporary Amperex Technology Co. Ltd n’est peut-être pas une marque célèbre, mais il s’agit du plus grand fabricant de batteries pour VE en Chine et du deuxième fabricant mondial. L’entreprise fournit actuellement des fabricants allemands et japonais et construit une usine de 2 milliards de dollars US en Allemagne, suivant une démarche similaire à celle des constructeurs automobiles allemands, qui fabriquent des voitures en Chine afin de les vendre sur le marché local.

L’ambition de développement industriel ne se limite pas aux opportunités de fabrication et d’exportation. Les fabricants de formules de lait infantile chinois ont enregistré une résurgence, portés par China Feihe. La politique historique de l’enfant unique et le désir naturel des parents de donner à leurs enfants le meilleur produit se sont traduits par une nette préférence pour les marques internationales. Cette tendance a été exacerbée par une série de scandales concernant la qualité des formules produites localement. L’État a donc encouragé les acteurs nationaux à atteindre 60% de part de marché d’ici 2022 et Feihe a développé avec succès son portefeuille de produits afin d’obtenir une position de leader dans la catégorie des formules de lait infantile de qualité supérieure. L’un des facteurs clé de cette réussite réside dans les relations importantes nouées avec le canal de distribution des boutiques de produits maternels et infantiles pour soutenir la position de sa marque développée depuis plusieurs années.

Le développement de l’ensemble du secteur de la santé constitue également une autre dynamique clé de la politique gouvernementale. La croissance de la classe moyenne aisée en Chine a entraîné un accroissement de la demande pour de meilleurs soins de santé nationaux de la part des consommateurs. Les changements apportés à la réglementation et à la politique de remboursement visent non seulement à augmenter le taux d’adoption des médicaments génériques en Chine, mais également à récompenser le développement de médicaments innovants, suivant un modèle similaire à celui observé sur les marchés développés. Les sociétés pharmaceutiques nationales représentent désormais plus de la moitié des 20 premiers acteurs. L’un d’eux est CSPC Pharma. Le groupe, spécialisé dans la production de médicaments génériques, a développé avec succès un portefeuille innovant de médicaments pour le traitement des accidents vasculaires cérébraux, de l’hypertension et des cancers, entre autres.

Le succès du marché intérieur chinois n’a pas commencé du jour au lendemain. L’éducation est une priorité pour les parents depuis des décennies et plus de 8,3 millions d’étudiants ont été diplômés au cours de l’été 2019. Nous avons investi dans le thème de l’éducation et nous détenons actuellement New Oriental Education, le premier fournisseur de services éducatifs indépendants en Chine, qui gère actuellement plus de 1 200 centres d’enseignement parascolaires. Toutefois le développement du système éducatif national n’est qu’un élément du tableau d’ensemble : le retour des étudiants chinois ayant suivi une formation à l’étranger et, surtout, possédant une expérience de travail dans des entreprises étrangères de premier ordre, devrait également renforcer l’impulsion donnée par la politique « Made in China 2025 ». Ils viendront également gonfler les rangs des classes moyennes et libérales naissantes, dont les salaires sont en augmentation. S’il est vrai que certains d’entre eux achèteront des marques étrangères (voir le premier paragraphe ci-dessus), nous pensons qu’il convient de ne pas négliger les opportunités bien plus importantes offertes par les champions locaux qui produisent des produits et services de haute qualité, conçus en Chine.

L’initiative « Made in China 2025 » devrait clairement avoir un impact sur le thème de la consommation sur lequel nous nous concentrons. Notre objectif est d’identifier les gagnants et les perdants de ce processus.

Article rédigé fin avril 2020 par John Ewart. Il est possible que les avis et commentaires renseignés dans ce document ne soient plus valables à une date ultérieure. Les comportements de marché passés ne préjugent en aucune manière de leurs comportements futurs.

 

À propos de John Ewart

John Ewart est gestionnaire chez Aubrey Capital Management Limited, un gestionnaire spécialisé dans les actions de croissance mondiales et basé à Edimbourg, qui travaille en étroite collaboration avec TreeTop Asset Management.

https://www.aubreycm.co.uk/

https://www.linkedin.com/company/aubrey-capital-management-ltd

 

Fermer

Pour ces informations, vous allez être redirigé vers le site treetopam.com.

Continuer